Newsletter été 2018

NEWSLETTER
été 2018

unitedkingsom read the English version online

Association Européenne du Musée de l’Histoire des Juifs de Pologne POLIN

Nous sommes heureux de vous parler des choses suivantes :

  1. L’extraordinaire festival de la culture juive à Cracovie, en Pologne
  2. Trois conférences récemment organisées par l’AEMJP
  3. Nouvelles du Musée POLIN
  4. Un point de vue sur la situation politique en Pologne et ses relations avec Israël
  5. Nouvelles concernant la vie juive en Pologne aujourd’hui
  6. Notre mémoire collective : un projet d’un nouveau musée juif en Lituanie et in memoriam

Le festival de la culture juive à Cracovie

(du 22 juin au 1er juillet 2018)

Capture d_écran 2018-07-10 à 16.37.11

Plus de 33 000 personnes ont assisté au 28e Festival de la Culture Juive à Cracovie, qui comprenait des concerts, des conférences et des ateliers sur tout, du chant yiddish aux bagels en passant par les vins israéliens – visitez le site du festival.

Des milliers de personnes ont rempli samedi soir (1 juillet) la place centrale du quartier de Kazimierz à Cracovie, pour célébrer le sept heures de concert Shalom à Szeroka, avec un orchestre klezmer, un groupe de jazz, le saxophoniste israélien Abatte Barihun et une cérémonie de Havdalah après le coucher du soleil.

“C’est un festival juif organisé par des hommes non-juifs dans l’ombre d’Auschwitz”, a déclaré Janusz Makuch, l’organisateur du festival. De nombreux Polonais “pensaient que les Juifs n’étaient que des victimes, que le seul héritage laissé par les Allemands était la mort”. “Ce n’est pas grave si ce sont des Polonais ou des Juifs”, a ajouté Makuch. “Nous les Polonais sont les héritiers de la culture juive.”

Le samedi 1er juillet, lors du spectaculaire Shalom à Szeroka et devant un auditoire de 15 000 personnes, Janusz Makuch – fondateur et directeur du Festival – a reçu le titre “Ami d’Israël” de la part de l’ambassade israélienne en Pologne.

Pour en savoir plus….

Capture d_écran 2018-07-07 à 13.52.18


Activités récentes de l’AEMJP

Trois conférences :
Mars 1968: Cinquante ans après le dernier exode juif de Pologne

Conférence au Musée Beit Hatfutsot à Tel Aviv, le 18 mars 2018

L’AEMJP, en collaboration avec l’Institut de l’histoire de la communauté juive polonaise, l’Institut Stephen Roth pour l’étude de l’antisémitisme et du racisme et le Centre d’études internationales et régionales S. Daniel Abraham, tous de l’Université de Tel Aviv, ont organisé un conférence exceptionnelle. Il était dédié au cinquantième anniversaire des événements de mars 1968 et à l’exposition au Musée POLIN de l’histoire des Juifs polonais à Varsovie.

En savoir plus

Voir les photos de l’événement.

Conférence à l’Université Paris Sorbonne, le 11 avril 2018

Le deuxième événement organisé par l’AEMJP consacré à l’exode de mars 1968 a eu lieu à Paris, à la Sorbonne (Le dernier exode des Juifs de Pologne en Mars 1968. 50 ans plus tard). Organisé avec l’aide du Centre de la civilisation polonaise à Sorbonne, l’événement comprenait une projection de films (Gare Gdanski à Varsovie, 2007, par Maria Zmarz-Koczanowicz et Teresa Torańska) et une discussion entre de jeunes chercheurs et des Juifs polonais expulsés de Pologne. 1968-1969.

Pour en savoir plus… 

Voir les photos de l’événement

Conférence à l’Hôtel de Ville de Nancy, France, le 6 mai 2018

L’AEMJP a organisé, avec le soutien de l’Université de Lorraine, de l’Association Culturelle Juive de Nancy et du Consul de Pologne à Nancy, une conférence sur «L’Absence Insupportable et la Réaffirmation de la Vie Juive en Pologne aujourd’hui». L’événement a été organisé dans un lieu prestigieux – la principale salle de conférence de la mairie de Nancy, et a attiré un large public. La réunion de l’AEMJP a inauguré une série de manifestations annuelles «Mai de l’Europe», accueillies par le Conseil Municipal de Nancy.

Pour en savoir plus….

Musée Polin

L’exposition “Etranger à la maison” – Obcy w domu

9 mars – 24 septembre 2018

Michal Caspi / AEMJP lors de l'ouverture de l'exposition "Etranger à la maison"
Michal Caspi / AEMJP lors de l’ouverture de l’exposition “Etranger à la maison”

L’Association Européenne du Musée de l’histoire des Juifs de Pologne POLIN est fière d’être le patron et sponsor principal de l’exposition inaugurée au Musée POLIN – “Etranger à la maison / Estranged. March ’68 and Its Aftermath“. L’exposition explique les causes et le déroulement de la campagne antisémite qui a abouti à l’expulsion de quelque 13 000 Polonais d’origine juive de Pologne à cette époque.

Non seulement l’exposition “Mars 68” a reçu des éloges unanimes de la presse, mais elle est également devenue un succès d’audience inattendu. Après avoir été attaquée par des médias dits «patriotiques», elle a accueilli des milliers de Polonais, qui la visitent en signe de protestation contre les attitudes anti-juives ou anti-israéliennes présentes dans l’espace public.

Nous vous invitons chaleureusement à la visiter lors de votre prochain séjour à Varsovie. Elle est esthétiquement exceptionnelle, car composée notamment d’une installation reflétant l’atmosphère de la gare “Warszawa Gdanska” dans les années 1960. Le hall de départ de cette gare est ici un espace où l’on dit  “au revoir” à la Pologne, où les visiteurs entendent des entretiens qui forment l’histoire orale des événements. Des sections distinctes décrivent la vie des réfugiés juifs après leur départ de Pologne.

Parmi les expositions temporaires, celle-ci a rencontré le plus grand succès public dans l’histoire du Musée POLIN. Elle a attiré un nombre record de plus de 63 000 visiteurs jusqu’en juin 2018. Le Musée prévoit jusqu’à 100 000 visiteurs d’ici la fermeture de l’exposition en septembre.

Commémoration du soulèvement du Ghetto de Varsovie

zonkile-polinComme tous les ans, le musée POLIN a lancé la « campagne de la jonquille », consistant à distribuer des jonquilles jaunes à Varsovie et ailleurs en Pologne, en souvenir de l’étoile jaune des Juifs morts lors du soulèvement du ghetto de Varsovie. Un nombre record de 2 000 bénévoles donnaient des jonquilles en papier à des passants, les fleurs qui sont devenues symbole des Polonais chrétiens de leur tristesse face à la disparition de la plus grande communauté juive au monde (avant la Shoah).

En 2018, le hasard du calendrier a fait que le Yom Hazikzron (Journée du souvenir des soldats morts en Israël et des victimes du terrorisme) a eu lieu la veille du 75e anniversaire du soulèvement du ghetto de Varsovie.

Un Prix ​​spécial pour le directeur du Musée POLIN

Le directeur du musée POLIN Dariusz Stola a été nommé la « Personnalité de l’année 2017 » dans le domaine de la culture par les lecteurs du journal d’opinion le plus lu en Pologne, Gazeta Wyborcza. Les expositions et des actions à caractère éducatif et artistique du Musée Polin relatives à l’histoire juive et polonaise ont été ainsi reconnues comme « présentées d’une manière inhabituelle, complexe, intéressante et courageuse », sans éviter les sujets difficiles.

Controverses politiques autour du Musée Polin

Lors de la conférence inaugurale de l’exposition « Etranger à la maison  /  Obcy w domu », le professeur Michal Bilewicz, psychologue social de l’Université de Varsovie et expert en xénophobie et antisémitisme, a fait une brillante présentation des explications possibles de l’augmentation des attitudes antisémites en Pologne.

Cet exposé a fait de lui la cible d’une partie des médias polonais conservateurs, qui l’accusent – et accusent de ce fait le Musée POLIN – d’« anti-polonisme ». AEMJP soutient résolument l’équipe extraordinaire du Musée, tout comme son directeur, Dariusz Stola, dans leur défense continue de la liberté d’expression et de la recherche. Nous pensons que la recherche de la vérité se trouve au centre des activités des institutions intéressées par la préservation du patrimoine et par le développement de la connaissance de celui-ci, et sans la possibilité de mener ce type de recherche, constitue une des valeurs fondatrices de notre civilisation.

Regardez la conférence en ligne (youtube, en polonais)

De plus, deux journalistes de droite, R. A. Ziemkiewicz et M. Ogorek, ont annoncé leur intention d’attaquer Dariusz Stola en justice. L’exposition « Etranger à la maison » se clôture en effet par des échantillons du discours public antisémite contemporain, et plusieurs tweets des deux journalistes sont cités. Stola a exprimé son soutien aux deux curatrices de l’exposition dans leur décision d’inclure ces tweets dans l’exposition.

Lire la suite dans Times of Israel

Dariusz Stola
Dariusz Stola

Politique et culture polonaises

Une loi controversée sur la Seconde Guerre mondiale

Le 26 janvier 2018, une loi surprenante a été votée par le parlement polonais, refusant toute attribution de la responsabilité des crimes du Troisième Reich au «Peuple / Nation polonais». Cette loi a provoqué des réactions massives venant du monde entier et a rendu les relations diplomatiques entre Israël et la Pologne très tendues. Anna Zielinska, directrice exécutive de l’Association européenne du Musée de l’histoire des Juifs de Pologne POLIN (AEMJP), a publié un article dans le journal Le Monde en réaction à cette situation néfaste.

« En Pologne, plusieurs démons du passé se sont réveillés », Anna Zielinska, Le Monde, 22 février 2018:

Comment une loi en apparence ­liberticide, interprétée comme interdisant de suggérer l’implication des ­Polonais dans la Shoah, a pu être votée par ­l’Assemblée nationale polonaise la veille de la célébration du 73e ­anniversaire de la libération du camp de la mort d’Auschwitz ? Cette situation ubuesque mérite quelques éclaircissements sur la Pologne, un pays aussi ­déchiré ­entre deux conceptions du ­patriotisme et de son histoire que les Etats-Unis.

Après plusieurs mois de discussions difficiles, le Premier ministre polonais, Morawiecki, et son homologue israélien, Netanyahu, ont co-signé une déclaration sur les relations entre Juifs et Polonais. Le 27 juin 2018, le gouvernement a déclaré sa volonté d’annuler la partie pénale de la loi existante, car elle «pourrait détourner l’attention de son objectif initial» (à savoir la protection de la «bonne réputation de la Pologne»). Cela signifie, semble-t-il, que personne ne pourra plus être poursuivi pour avoir suggéré la participation des Polonais au crime d’Holocauste. L’amendement a été adopté le même jour par la majorité au pouvoir, avec une urgence inhabituelle. La déclaration conjointe et la nouvelle version de la loi demeurent controversées.

A Varsovie, manifestation “Solidarité & vérité”

Capture d_écran 2018-05-11 à 12.26.10Des centaines de Polonais anonymes, ainsi que des acteurs bien connus (Wojciech Pszoniak, Andrzej Seweryn, Maja Komorowska, Jerzy Radziwillowicz) et des politiciens ont participé à une commémoration extraordinaire du 50e anniversaire des départs forcés de Juifs polonais dans le chemin de fer Warszawa Gdanska gare.

L’événement était à la fois une expression de regret de cette absence insupportable, mais aussi une déclaration faite contre la récente loi adoptée par le Parlement polonais et signée par le président Andrzej Duda.

A Wroclaw, des centaines de personnes célèbrent les 70 ans d’Israël

Le 7 mai 2018, environ 500 citoyens polonais ont défilé en soutien à Israël et pour honorer le 70e anniversaire de l’Etat juif, dans la ville de Wroclaw en Pologne occidentale (Breslau en allemand).

Ceux qui marchaient tenaient des affiches avec une carte de la Pologne et la légende “Ma maison est ta maison” et “Israël, nous sommes avec toi”. Le maire de Wroclaw, Rafał Dutkiewicz, a déclaré que la marche du lundi ne consiste pas seulement à soutenir Israël, mais aussi à s’opposer à l’antisémitisme moderne en Pologne. ”

En savoir plus sur Jerusalem Post

La vie juive en Pologne aujourd’hui

L’ouverture de l’exposition la Maison de l’éternité  – Bejt Almin au cimetière juif à Varsovie

Bejt Almin Andrzej Stawinski
Bejt Almin – Exposition Maison de l’Eternité , le cimetière juif de Bródno / Praga, Varsovie.

Cet endroit était presque inconnu jusqu’à très récemment, bien qu’il s’agisse du plus ancien et du plus grand cimetière juif de Varsovie en termes de sépultures (320 000 personnes).

Il a été fondé en 1780 par Szmul Jakubowicz Zbytkower. Dans les années 1980, la Fondation de la famille Nissenbaum a pris en charge le cimetière détruit et oublié. En 2012, il a été remis à la communauté juive de Varsovie.

Les personnes invitées au vernissage de l’exposition ont été accueillis par Anna Chipczyńska, présidente du conseil d’administration de la communauté juive de Varsovie. Ensuite, ont pris la parole: Gideon Nissenbaum, président de la Fondation Nissenbaum, Jakub Beczek, représentant de la chancellerie du président de la République de Pologne, Hadasa Nissan, attachée culturelle de l’ambassade d’Israël, et enfin le grand rabbin de Pologne, Michael Schudrich. La prière El Male Rakhamim (Dieu plein de miséricorde) commémorant les personnes enterrées dans ce cimetière a été prononcé par le rabbin Oriel Zaretsky.

Lire la suite: warszawa.jewish.org

Autour de la mémoire

Ancien cimetière juif de Šeduva en Lituanie
Ancien cimetière juif de Šeduva en Lituanie

En Lituanie, l’idée du musée Un Shtetl Perdu / Lost Shtetl a été lancée. Le 4 mai 2018, des personnalités politiques et culturelles clés et des membres de la communauté juive  ont participé à une cérémonie marquant le début de la construction d’un nouveau musée dédié à la commémoration des shtetl juifs du passé. Le musée sera conçu par un cabinet d’architectes finlandais Lahdelma & Mahlamaki, qui a également conçu le Musée de l’histoire des Juifs polonais POLIN.

En savoir plus sur eurojewcong.org

Ils nous ont quitté…

Nous commémorons le décès insupportabe de Mireille Knoll, une survivante de la Shoah âgée de 85 ans, assassinée dans son appartement de Paris le 23 mars 2018. Sa mort était l’un de plusieurs crimes de haine antisémites qui ont eu lieu en France ces dernières années, et nous envoyons nos pensées les plus chaleureuses et nos condoléances à sa famille et ses proches.

L’un des plus importants philosophes américains du siècle dernier, Stanley Cavell, nous a quitté le 19 juin 2018. Sa famille vient de Bialystok (Pologne), et comme plusieurs autres Juifs polonais, il a contribué à comprendre et à cristalliser ce que l’Amérique est, ou pourrait être (cf. son livre Une nouvelle Amérique encore inapprochable / This New Yet Unapproachable America, 1989).

On se souvient des émotions provoquées par le film Shoah de Claude Lanzmann, décédé le 5 juillet 2018. Son travail a donné de nouveaux éléments pour comprendre l’indifférence ordinaire qui permet l’apparition du pire.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s