Newsletter septembre 2017

NEWSLETTER
septembre 2017

unitedkingsom read the English version online

Association Européenne du Musée de l’Histoire des Juifs de Pologne POLIN

Cinéma avec AEMJP : “La femme du gardien de zoo”

Réservez cette date: 23 novembre 2017, 20:00, Cinéma Balzac, Paris

Cela fait longtemps que nous attendions le film The Zookeeper’s Wife – La femme du gardien de zoo, qui raconte l’histoire émouvante de la famille Żabiński qui, pendant la Deuxième Guerre mondiale, dirige le Zoo de Varsovie. Dans ce zoo, ils réussissent un exploit extraordinaire de cacher des centaines de Juifs polonais rescapés du ghetto de Varsovie. La famille fut par la suite reconnue comme “Justes parmi les nations” par l’Institut Yad Vashem.

Nous vous proposerons une séance exceptionnelle de ce film, son avant-première en France, importante aussi parce que le film ne sera pas distribué dans les cinémas de l’Hexagone.

Suivez cet événement sur Facebook pour connaître les modalités d’inscription.

Rencontre avec la Première Dame polonaise

Mrs Agata Kornhauser-Duda & Corinne Evens
Mrs Agata Kornhauser-Duda & Corinne Evens

Corinne Evens, la présidente de l’AEMJP, a rencontré la première dame polonaise, Agata Kornhauser-Duda. Mme Duda a montré un vif intérêt pour les deux aspects du travail philanthropique de Mme Evens, le soutien pour le Musée POLIN et les activités de la Fondation Evens, soutenant des projets dans les domaines de la citoyenneté européenne, de l’éducation à la paix et aux médias, des arts et des sciences.

Voyage exceptionnel en Pologne : Musée POLIN à Varsovie, Klezmer à Krakow & magnifique Lublin !

28 juin – 1 juillet 2018

Presque tous les ans, l’AEMJP organise un voyage en Pologne, avec un double objectif: explorer une Pologne nouvelle, celle qui redécouvre et apprend à chérir son héritage juif, et aider au développement du Musée Polin, qui dépend du soutien généreux de ses Amis et Donateurs internationaux.

Nous visiterons ensemble, dans des conditions exceptionnelles, non seulement le Musée Polin, mais aussi la Varsovie et la Cracovie juives, Festival Klezmer, en faisant un petit arrêt à Lublin, une ville-yeshiva.

Voyage en avion privé, en excellente compagnie et en s’arrêtant dans des meilleurs hôtels en Pologne, il vous permettra aussi de soutenir le Musée POLIN. Pour en savoir plus, rdv sur le site.


Musée POLIN

Nouvelle exposition : Sang – unir et diviser

Exposition temporaire: 13 octobre 2017 – 28 janvier 2018.

Cette nouvelle exposition est consacrée à l’histoire du sang comme symbole dans le judaïsme et le christianisme: comment le sang unit et divise les individus, les communautés et les nations tout au long de l’histoire, des rituels décrits dans la Bible hébraïque à la science génétique du XXIe siècle.

Le sang est la première exposition au musée POLIN à présenter des objets originaux d’importance historique, avec l’art contemporain international et polonais, en présentant à la fois les artistes émergents polonais (Eliza Proszczuk et Dorota Buczkowska) et des personnages aussi célèbres que Piotr Uklański et Bogna Burska.

Conférence internationale : Comment enseigner le génocide ?

8-9 octobre 2017, Musée POLIN à Varsovie

La conférence réunira des experts dans le domaine de l’éducation, de la recherche sur l’Holocauste et sur les autres génocides. On se posera des questions sur les différentes stratégies éducatives qui s’adressent à des jeunes de différentes origines culturelles, religieuses et ethniques. La conférence, qui réunit des chercheurs de Pologne, d’Israël et des États-Unis, se déroulera principalement en polonais, et une traduction simultanée sera fournie tout au long de l’événement.

Pour participer à la conférence, allez ici.

Exposition Mars 1968 (Mars 2018)

L’Association Européenne du Musée de l’Histoire des Juifs de Pologne POLIN (AEMJP) soutient tout particulièrement le projet du musée POLIN intitulé Relégués. Mars 68 et ses suites (Estranged. March ’68 and Its Aftermath). Ce projet, qui inclut une exposition et un programme de recherche et d’éducation, rappelle les événements qui ont eu lieu 22 ans après l’Holocauste, dont la cruauté a été surprenante et inattendue.

Cette exposition sera le premier événement à cette échelle, organisé par une institution soutenue par l’Etat polonais, qui laisse espérer un projet d’une véritable reconnaissance des torts infligés par l’Etat lui-même aux Juifs polonais, dans cette période autour de mars 1968.

Nous vous tenons au courant des détails de ce projet et de nos actions sur notre site.

Curatrice de POLIN élue à l’Académie Américaine des Arts et des Sciences

La professeure Barbara Kirshenblatt-Gimblett a été élue à l’Académie Américaine des Arts et des Sciences, le titre le plus prestigieux de ce type aux États-Unis. Elle rejoint une liste distinguée d’intellectuels, de scientifiques et d’artistes.

En 2016, la professeure Kirshenblatt-Gimblett a également reçu un doctorat honoris causa de l’Université de Haïfa, et a été invité à exercer pendant trois ans les responsabilités de juge du Prix du Musée Européen de l’Année. Toutes nos félicitations !

Le journal de Rywka Lipszyc de ghetto de Łódź publié

Rywka Lipszyc a décrit les conditions brutales subies par les juifs dans le ghetto de Łódź, le deuxième plus grand ghetto de la Pologne occupée. Nous ne savons pas ce qui s’est passé avec elle après la guerre, nous ne savons pas si elle a survécu. Son journal a été publié en anglais en 2014 aux Etats-Unis, le document original se trouve actuellement à Yad Vashem à Jérusalem.

Le livre a été traduit et publié dans de nombreux pays. Maintenant, le musée POLIN prépare non seulement la publication du journal dans sa version originale polonaise, mais il proposera également des kits pédagogiques complets destinés aux enseignants et aux élèves polonais.

Baron & le Gefilteria – retour des plats oubliés

Ouvert par le musée POLIN en 2016, Menora InfoPoint est un lieu de rencontre nouveau et exceptionnel à Varsovie. Il accueille des ateliers culinaires, des réunions et des débats qui présentent la culture juive à travers la cuisine.

Depuis 2016, 25 ateliers de cuisine ont accueilli près de 300 participants. Notre nouveau projet, « Baron & The Gefilteria – Return of Forgotten Foods » (Baron & le Gefilteria – retour des plats oubliés) se concentre sur la migration des mets juifs d’Europe centrale et orientale en Amérique du Nord – et, de manière surprenante, sur leur retour en Europe.

Le calendrier des événements de Menora InfoPoint.


Politique polonaise

La Pologne veut demander de réparations pour les pertes liées à la Seconde Guerre mondiale

Après plusieurs semaines de protestations en Pologne contre une proposition de réforme judiciaire votée par le parlement, après de nombreuses critiques adressées contre celle-ci par les institutions internationales (l’UE et le Département d’Etat américain), et enfin, après un veto partiel de la réforme par le Président, le gouvernement polonais a estimé que les critiques de ses décisions souveraines (notamment quand elles viennent d’Angela Merkel) étaient inappropriées.

En août 2017, le parti au pouvoir, PiS (Droit et Justice), a annoncé son projet de demande à l’Allemagne des réparations après les pertes matérielles importantes subies par la Pologne pendant la Seconde Guerre mondiale (les pertes humaines, en particulier celles de la Shoah, ne peuvent pas être incluses dans cette demande, car la valeur de ces vies ne peut être mesurée, comme l’a souligné dans une interview Mateusz Morawiecki, vice-premier ministre). La facture s’élève à 1 billion de dollars.

Pour plus d’informations, cf ici (en polonais).

Le Ministère des Affaires Etrangères modifie sa devise

Le Ministère polonais des Affaires Étrangères a changé de devise, suite au vote de la chambre basse du Parlement en 2016. Jusqu’en août 2017, le motto du Ministère disait : « Servir la Pologne – construire l’Europe – comprendre le monde » (Polsce – służyć , Europę – tworzyć, świat – rozumieć). Depuis le 2 août toutefois, le Ministère est guidé par la phrase : « Fidèle à ma patrie, la République de Pologne » (Być wiernym Ojczyźnie mej, Rzeczpospolitej Polskiej). Le gouvernement conservateur justifie la modification de la devise en notant qu’il s’agit là de la défense de la souveraineté polonaise contre ce qui est interprété comme des pressions de l’Union Européenne (y compris une série de critiques contre la réforme en cours de la magistrature polonaise commencée en 2016).


Vie juive en Pologne

Lettre ouverte des Juifs polonais à J. Kaczynski

Les dirigeants de la communauté juive de Pologne ont écrit une lettre ouverte à Jaroslaw Kaczynski, chef du parti au pouvoir PiS, l’exhortant à dénoncer « une intensification des attitudes antisémites en Pologne, une brutalité de langage et de comportement, dont certains sont dirigés contre notre communauté ».

Anna Chipczynska, responsable de la communauté juive de Varsovie et Leslaw Piszewski, ont co-écrit la lettre, envoyée le 4 août 2017. Cette initiative a suivi une série d’événements inquiétants en Pologne: deux membres du personnel du club de football israélien Hapoel Petah Tikva ont été blessés après avoir été attaqués par des hooligans, et, ce qui est d’autant plus surprenant, plusieurs politiciens polonais proches du gouvernement actuel ont exprimé des opinions rappelant les positions antisémites de l’extrême droite (Magdalena Ogórek et le député Bogdan Rzońca en particulier).

C’était la première lettre de ce genre en Pologne au cours des dernières décennies, a noté le Grand Rabbin de Pologne Michael Schudrich, en ajoutant toutefois que « la Pologne est encore un bon endroit pour être juif, plus sûr que beaucoup d’autres endroits en Europe », tout en précisant que la situation des Juifs en Pologne n’a pas été modifiée par l’arrivée au pouvoir du Droit et Justice en 2015 (JTA).

Quelques semaines plus tard, le Congrès Juif Européen a publié une déclaration exprimant « une grave inquiétude » face à l’augmentation de l’antisémitisme en Pologne.

Les Juifs polonais et le parti Droit et Justice

La lettre ouverte à Jaroslaw Kaczynski co-signée par des personnalités de premier plan de la communauté juive polonaise a suscité des controverses non seulement au sein du parti au pouvoir, mais aussi dans la communauté elle-même. Le 16 août 2017, Jaroslaw Kaczynski (chef du parti au pouvoir) a rencontré d’autres représentants de cette communauté, déclarant son amitié à l’égard de cette dernière et en refusant implicitement les accusations de la lettre du 4 août (cf la photo).

Cette rencontre a suscité une réaction de 14 groupes et individus polonais – y compris Michael Schudrich, le Grand Rabbin de Pologne, qui ont co-signé une déclaration affirmant que les rabbins de Chabad et Jonny Daniels et Artur Hofman, présents à cette réunion, ne représentaient pas la communauté juive de Pologne, mais au plus « eux-mêmes ou leurs propres organisations ». Sources: Times of Israel and JTA.

Un « mariage » juif sans les Juifs dans un village polonais

La nostalgie des juifs en Pologne a conduit à un phénomène charmant et très commenté dans la presse internationale : une mise en scène très réaliste d’un mariage juif a eu lieu samedi le 5 août 2017, dans le village de Radzanów, au nord-est de Varsovie. Organisé par l’Association Radzanovia, groupe culturel de promotion du patrimoine polonais, l’événement a fait appel à quelques dizaines de bénévoles non-Juifs, hommes et femmes, habillés de costumes Haredi traditionnels.

Un journaliste et une villageoise ont été « mariés » par un faux Rabbin devant les villageois réunis à cette occasion, le tout selon les traditions juives polonaises. Pour la productrice, Agnieszka Rychcik-Nowakowska, l’événement visait la commémoration des centaines de Juifs qui, avant la Shoah, représentaient environ la moitié de la population de son village. Le scénario a été écrit par Teresa Wrońska, actrice de Théâtre juif à Varsovie, responsable de la musique et des cérémonies. (Jerusalem Post)


La grande route (1946), film de Michal Waszynski

24 octobre 2017 (mardi), au Cinéma Reflet Médicis (3 Rue Champollion, 75005 Paris)

La séance présentée par Samuel Blumenfeld (Le Monde), l’auteur d’une biographie du réalisateur L’homme qui voulait être prince (Grasset, 2006). Cf. Facebook.

La grande route c’est un mélodrame polonais de 1946. Irena et Adam sont de jeunes fiancés séparés par la guerre. Leur destin est montré dans le contexte d’événements importants en Pologne tels que la formation de l’armée polonaise par le général Władysław Anders en URSS. Réalisateur du film, Michał Waszyński appelé le Lubitsch polonais, utilise dans le film les séquences documentaires authentiques, entre autres  – la bataille de Monte Cassino.

Le film La Grande route est un exemple intéressant du film historique produit juste après la guerre. Il a été réalisé en Italie et coproduit par Cinecitta, un des plus grands studios de cinéma. Le film a été montré dans de nombreux pays, mais pour des raisons politiques, il n’a pas été projeté en Pologne à l’époque et il est resté pratiquement inconnu pour les Polonais.

Après la guerre, Michał Waszyński devint le producteur de films à gros budget tels que Les vacances romainesLa chute de l’empire de Rome ou Le Cid .

Exposition : Sławik et Antall. Deux héros dans le cœur de trois peuples

Vernissage : 14 septembre, 19h00-22h00; exposition: 15 septembre – 28 octobre 2017 (Facebook)

Institut hongrois | 92, rue Bonaparte, 75006 Paris

Une exposition consacrée à deux Justes parmi les Nations, un Polonais et un Hongrois. Grâce à leur amitié, ils ont pu sauver des milliers de Juifs. József Antall et Henryk Sławik ont pris la décision d’aider ceux qui étaient condamnés à mort par les nazis. L’Institut hongrois et l’Institut polonais s’unissent pour rappeler aux Français cette histoire d’amour et de sacrifice. La mort de Sławik doit servir aujourd’hui selon les organisateurs à transmettre ce message qui nous rappelle que tout faire pour sauver la vie de son prochain relève d’un devoir sacré.

Livres

Un livre passionnant sur Zeev Jabotinsky et les Juifs polonais vient d’être publié par Daniel Kupfert Heller (en anglais pour l’instant). Jabotinsky (1880-1940) était un leader de l’aile droite du mouvement sioniste et le fondateur de la Légion juive durant la Première Guerre mondiale.

“Les membres de Betar ont certainement été instillés avec le culte du leader (Jabotinsky) et ils considéraient que le sacrifice pour un plus grand bien était la vertu suprême. Betar était – ou du moins devenu – une organisation militariste, parfois violente. Mais, malgré des comportements parfois autocratiques, Jabotinsky avait le cœur d’un démocrate” (https://www.timeshighereducation.com/books/review-jabotinskys-children-polish-jews-and-the-rise-of-right-wing-zionism-daniel-kupfert-heller -principe sur la presse universitaire)

Daniel Kupfert Heller, Jabotinsky’s Children: Polish Jews and the Rise of Right-Wing Zionism, Princeton University Press, 2017

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s