Newsletter juin 2020

Newsletter en français

de l’Association Européenne du Musée de l’Histoire des Juifs de Pologne

Juin 2020

unitedkingsomFor the English version click here

Barbara Kirshenblatt-Gimblett – rencontrez

en ligne la curatrice du musée POLIN !

Barbara Kirshenblatt-Gimblett

L’universitaire et curatrice exceptionnelle, Barbara Kirshenblatt-Gimblett, qui vient de recevoir le prix Dan David de cette année, est la conservatrice principale Ronald S. Lauder de l’exposition permanente au Musée POLIN

Le 17 juin 2020, à 20 heures (heure de Varsovie), vous avez une opportunité unique de participer à une conversation avec la professeure Barbara Kirshenblatt-Gimblett et Zygmunt Stępiński, le directeur du musée POLIN :

Résilience: les musées juifs à une époque incertaine

Inscrivez-vous ici

L’événement est organisé par nos amis de la Fondation du Centre Taube pour le Renouveau de la Vie Juive en Pologne.
En savoir plus : un article sur le prof. Kirshenblatt-Gimblett dans le journal Haaretz.

Musée POLIN

Nouvelle exposition temporaire: Ici, c’est le Muranów

26 juin 2020-22 mars 2021

L’exposition temporaire “Ici, c’est le Muranów” – qui ouvre malgré les difficultés provoquées par la crise de la Covid 19 – présente des nombreux éléments d’une couche cachée de ce quartier résidentiel de Varsovie, Muranow. Muranow est le quartier juif historique, avec ses souvenirs douloureux et ses efforts enthousiastes pour faire revivre le passé et le présent juifs.

A travers cette exposition, allez jeter un coup d’œil dans les quartiers intérieurs de la ville et découvrez l’histoire unique et complexe de Varsovie. Sous la surface apparemment familière, l’exposition révèle des dimensions inconnues du passé, du présent et une vision de l’avenir de la ville et de ses habitants.

En savoir plus sur l’exposition…

Le programme qui accompagne l’exposition…

Dariusz Stola is the recipient of the 2020 Irena Sendler Memorial Award

12 mai 2020, SAN FRANCISCO – Taube Philanthropies a discerné le prix “Irena Sendler Memorial Award” 2020 à l’ancien directeur du Musée POLIN. L’historien Dariusz Stola est ainsi reconnu pour son approche visionnaire du Musée POLIN, une institution publique de classe mondiale, complexe et riche, dont le succès immédiat dès son ouverture en 2014 et tout au long de sa présidence 2019 a été en grande partie du aux qualités professionnelles et personnelles de Stola.
Pour en savoir plus…

Politique polonaise – l’élection présidentielle

La Pologne se prépare pour l’élection présidentielle de printemps, dont la date a été déplacée en raison de la pandémie de coronavirus. Elle aura donc lieu le 28 juin (pour le premier tour; le second tour, s’il est nécessaire, se fera le 12 juillet).

Le président sortant Andrzej Duda, représentant le parti au pouvoir PiS (Droit et justice) est l’un des deux candidats principaux. Son contre-candidat le plus important est le maire libéral de Varsovie Rafal Trzaskowski du principal parti d’opposition centre-droit (PO). L’AEMJP se réjouit que M. Trzaskowski – avec qui le Musée POLIN a développé les relations de confiance et de respect mutuels – compte 23,2% d’intentions de vote, selon les derniers sondages (contre 42,3% pour le président actuel).

Donald Tusk & Rafal Trzaskowski
Donald Tusk & Rafal Trzaskowski

Autour de l’histoire partagée : réunions, publications

Lors de la célébration du 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, nous avons eu plusieurs discussions sur les usages et les abus du discours historique dans la construction de l’identité contemporaine. Ces idées ont été publiées (en français), par Anna C. Zielinska, directrice exécutive de l’AEMJP, et quelques jours plus tard, un article intéressant dans Time (en anglais), a soulevé et développé la même idée.

Parmi les nombreuses discussions relatives à l’interprétation de l’histoire de la Pologne, le projet du Musée du Ghetto de Varsovie occupe une place centrale. Le professeur Daniel Blatman de l’Université hébraïque de Jérusalem qui supervise le projet a une interprétation de l’histoire de la Shoah qui est considérée comme très controversée (cf. The Guardian).

La professeure Havi Dreifuss, directrice de l’Institut d’histoire des juifs polonais et des relations israélo-polonais à l’Université de Tel Aviv et historienne à Yad Vashem, a critiqué le fait qu’un historien israélien puisse accepter ce type de position au sein d’une institution parrainée par l’État polonais.

Elle a de son côté décliné l’invitation à devenir experte de l’histoire du ghetto de Varsovie pour ce musée, car elle ne voulait pas que son nom soit mis au service d’un projet susceptible de  déformer l’histoire de la Shoah, par des personnes qui par ailleurs continuent à attaquer les historiens – «Je ne voulais pas aider un musée dont la construction sert probablement d’autres objectifs que ceux de parler de l’histoire ».

«Le gouvernement polonais tente de faire avancer la recherche et la commémoration de la Shoah tant qu’il s’agit des Juifs tués par les Allemands», dit-elle. «Mais pendant cette période, de nombreux Juifs sont morts à la suite d’une implication polonaise directe ou indirecte. Et le régime actuel tente de limiter l’examen de ces questions, malgré l’existence de nombreux documents et recherches. » (Haaretz)

Publications récentes

Les Polonais et la Shoah. Une nouvelle école historique, édité par Audrey Kichelewski, Judith Lyon-Caen, Jean-Charles Szurek, Annette Wieviorka.

Ce livre a le mérite évident de présenter des travaux de qualité sans précédent, issus de la nouvelle école de spécialistes polonais et internationaux de la Shoah. Il a aussi une autre valeur, plus circonstancielle : c’est aussi un témoignage, un souvenir d’une conférence à l’EHESS de Paris, violemment interrompue par les conservateurs polonais (cf. le site de l’EHESS).

Pour en savoir plus – le site de l’éditeur

Agata Tuszynska, Affaires personnelles

À travers de nombreux témoignages, l’auteure retrace le parcours de Juifs nés et élevés en Pologne au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, puis contraints de quitter leur pays en 1968, à la suite d’une campagne antisémite organisée par le gouvernement polonais pro-soviétique de l’époque.

Le livre raconte l’histoire de plusieurs parmi les personnes  dont parlait l’exposition “Mars 1968” au Musée POLIN, dont l’AEMJP fut le mecène.

Pour en savoir plus – le site de l’éditeur

Hourras et désarrois. Scènes d’une guerre culturelle en Pologne

édité par Agnieszka Żuk.

Hourras et désarrois est un recueil d’essais sur la Pologne actuelle. Pour la comprendre, une seule clef : la culture, comprise avant tout comme un ensemble de manières de penser, de sentir et d’agir propres à une société donnée.

La Pologne actuelle est racontée ici par le biais de la création artistique (littérature, arts visuels, théâtre), outil hyper-sensible pour capter et sonder les mécanismes culturels profonds, mais aussi à travers des phénomènes culturels populaires comme les mèmes, les manifestations de rue, les néologismes les plus en vogue, les stéréotypes, les styles de vie ou les objets de la vie quotidienne.

Pour en savoir plus – le site de l’éditeur

In Memoriam

Abdel Berdale Lassri était au coeur de l’Association Européenne du Musée des Juifs de Pologne, il incarnait vraiment la joie de la culture méditerranéenne, où la paix et l’enthousiasme à l’égard des autres était une évidence.

Il a laissé non seulement ta famille, les enfants qu’il a tant aimés, mais aussi des amis/collègues pour qui sa présence était une raison suffisante pour aller au bureau. Qu’il repose en paix.

لروحك الرحمة
תנוח על משכבך בשלום

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s