Jonquilles jaunes de Varsovie

La mémoire nous unit – Memory unites us
La mémoire nous unit – Memory unites us

france

Soulèvement du Ghetto de Varsovie

Dans le voisinage direct du musée POLIN, le Monument des Héros du ghetto est un rappel poignant du 19 avril 1943, le jour de l’insurrection du ghetto de Varsovie. Les Juifs et les Polonais du monde entier portent (ou montrent sur les réseaux sociaux) aujourd’hui des jonquilles jaunes, pour ne pas oublier ce moment à la fois héroïque et tragique, cette «victoire symbolique dans une bataille pour la dignité» (D. J. Goldhagen).

La première partie du monument avait la forme de cercle, avec une feuille de palmier, une lettre hébraïque «B» et une inscription en hébreu, en polonais et en yiddish: “Pour ceux qui sont tombés dans une lutte héroïque sans précédent pour la dignité et la liberté du peuple juif, pour une Pologne libre, pour la libération de l’homme – Juifs polonais” (1946).
Un monument nouveau, plus grand, fut dévoilé le 19 avril 1948. Le «mur» de ce monument a été conçu pour évoquer non seulement les murs du ghetto, mais aussi le Mur de lamentation (Kotel) à Jérusalem. La partie occidentale du monument montre une sculpture en bronze d’un groupe d’insurgés – hommes, femmes et enfants, armés de cocktails Molotov. La figure centrale de cette composition est celle de Mordechai Anielewicz (1919 – 8 mai 1943), le chef de Żydowska Organizacja Bojowa (Organisation Combattante Juive).

La pierre dont le monument a été élaboré a été acheté en 1942 en Suède par Albert Speer, un architecte nazi qui envisageait de fabriquer une statue d’Hitler. Rachetée par des organisations juives après la guerre, la pierre a été remise à la ville de Varsovie.

unitedkingsom

Warsaw Ghetto Uprising

Close to the POLIN Museum, the Monument to the Ghetto Heroes is a poignant reminder of April 19, 1943, day of the Warsaw Ghetto Uprising. Jews and Poles all over the world wear or show yellow jonquils, to keep in mind this heroic and tragic moment, “symbolic victory in a battle for dignity” (D. J. Goldhagen).

The first part of the monument was in a shape of a circle, with a palm leaf, a Hebrew letter “B”, and a Hebrew, Polish and Yiddish inscription: “For those who fell in an unprecedented heroic struggle for the dignity and freedom of the Jewish nation, for a free Poland, for the liberation of man – Polish Jews” (1946)
The new, larger monument was unveiled on April 19, 1948. The “wall” of the monument was designed to evoke not just the Ghetto walls, but also the Western Wall (Kotel) in Jerusalem. The western part of the monument shows a bronze group sculpture of insurgents – men, women and children, armed with guns and Molotov cocktails. The central standing figure of this frieze is that of Mordechai Anielewicz (1919 – 8 May 1943) who was the leader of Żydowska Organizacja Bojowa (English: Jewish Combat Organization), also known as the ŻOB, during the uprising.

The stone the monument of made of was bought in Sweden by Albert Speer, a nazi architect planning to make a Hitler’s statue. Bought back by Jewish organizations after the War, it was given to the city of Warsaw.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s