New restitution law in Poland

Deterioration of diplomatic relations between Poland, Israel and the US

La version française se trouve en bas de la page


Over the summer of 2021, the Polish parliament approved two controversial laws which contribute to rising concerns abroad and has consequences for the most strategic diplomatic relations outside of the EU.

The first one concerns the restitution of properties unlawfully seized before 1991, and the second – the limitation of the participation of the non-EU capital in the media[1].

The property law is indeed an amendment to the “Code of Administrative Procedures”, which, according to the Polish government, aims at protecting the interest of Poles who are uncertain about the legal status of their properties.

The law will prevent property ownership and other administrative decisions from being declared void after 30 years, which would mean that pending proceedings involving Communist-era property confiscations would be discontinued and dismissed. It affects Polish, Jewish and other property claims that are subject to contested previous determinations. (Times of Israel)

Criticized law

The law has been criticized by both Polish and international experts. According to the journal Rzeczpospolita, “the resolution violates all standards: it has retroactive effect, it interferes with an exclusive right related to the fact that a citizen’s claim that in their case there are grounds for invalidating a decision, and the state tells them that it has no intention of even investigating it. The above violates not only the principles of correct legislation, the rule of law, but also any sense of fairness”.

Israeli authorities, such as Foreign Minister Yair Lapid, Prime Minister Naftali Bennett, and also even the Palestinian leader of the left-wing Hadash movement, Ayman Odeh, all criticized the law as denying the right of the Jews to claim the property of their ancestors seized during the Holocaust. The US Secretary of State Antony Blinken reacted by a tweet:

We are troubled by legislation passed in Poland severely restricting restitution for Holocaust survivors and owners of property confiscated during the Communist era, and draft legislation that would gravely weaken media freedom. Our shared values are our mutual security.

He also wrote a statement  expressing his concerns regarding the law. 

What stands behind the Polish law?

Is this law really hostile to the descendants of the Jewish owners? It was certainly not its initial intention. Poland, given the important modification of its borders after 1945, population moves (thousands of Germans were forced to leave Silesia after the war) and regime changes, had numerous buildings and parcels of land with unclear property status. When the Polish president Andrzej Duda signed the law after the parliamentary vote, he underlined that this law “puts an end to the state of uncertainty in which bona fide real estate, acquired in good faith, could be taken away by a simple administrative decision when their owner from over 70 years ago was found. Practice has shown that often these owners were fictitious, and at the expense of tens of thousands of people thrown out on the street, criminal groups got rich”.

Indeed, the law was supported also by the Polish parliamentary left, who thought that this could stop the often uncontrolled and cruel process of privatization of communal or of public properties. As such, the project was not aimed at the descendants of the Jewish owners. And while the law itself was not anti-Semitic, Konstanty Gerbert suggests in Gazeta Wyborcza that it was antisemitism that prevented an open discussion about a variety of historical problems that could arise from it. It is also difficult not to see it as a response to the American Justice for Uncompensated Survivors Today (JUST) Act of 2017 (S 477), which required the US State Department to report to Congress on the progress of countries including Poland regarding the restitution of Jewish assets seized during World War Two and its aftermath. The 477 law provoked several protests organized by the far right, both in Poland and in the US.

Unfortunately, the current Polish government is presenting the issue of the restitution of the property of the Holocaust victims as being in competition with the Polish victimhood in the context of the Second World war. Yet the problem does not concern German actions in post-War Poland, but the fact that the Polish government seized, in 1946-1948 in particular, buildings belonging to the survivors, who at that time could not claim it.

According to Haaretz, it is hard to measure the law’s impact because “Polish courts have made it very difficult for claimants” in terms of demands for documentation and other bureaucratic hurdles, said World Jewish Restitution Organization (WJRO) operations chair Gideon Taylor. And while some people have been able to succeed in recovering private property, “it’s a limited number,” he added. “I think what the law does is slam the door – what limited door was open,” he said. “Its biggest impact was its statement that this issue is over for Poland. That’s basically what the law is trying to say: that it’s closed.”

Diplomatic crisis

Concerning the present Polish law, the consequences of the vote are dramatic for the diplomatic relations between the two countries. Israel decided not to send its new Ambassador to Poland, and Polish authorities announced that the Polish Ambassador to Israel, M. Magierowski, was not returning to Israel following his summer holidays. Moreover, Israel is being accused of “stirring anti-Polish sentiments”, in particular through the educational system. Both the Polish president and other representatives of the governing party expressed their dismay at the allegations of antisemitism.

Indeed, the current Israeli government is unambiguous in its interpretation of the law. Foreign Minister Yair Lapid wrote on August 14, the day when Duda signed the bill:

“Poland today approved – not for the first time – an immoral, antisemitic law. This evening I instructed the chargé d’affaires at our embassy in Warsaw to return immediately to Israel for consultations, for an indefinite period of time. The new Israeli ambassador to Poland, who was scheduled to depart to Warsaw, will remain in Israel for the time being”.


[1] The second recent controversial vote of the Polish parliament was the one establishing “measures to ban non-European owners from controlling more than a 49% stake in Polish media companies”, so called “lex TVN”, from the name of the critical and independent US-owned TVN and TVN24 TV stations. The move was criticized as attacking the freedom of the media, since de facto it was targeting the opposition broadcaster. This move provoked strong criticism from, among others, the International Federation of Journalists (IFJ) and the European Federation of Journalists (EFJ), who urged opposing this draft law “as it poses a clear threat to media pluralism and ownership”.

Version française

Détérioration des relations diplomatiques entre la Pologne, Israël et les États-Unis.

Au cours de l’été 2021, le parlement polonais a approuvé deux lois controversées qui contribuent à accroître les inquiétudes à l’étranger et ont des conséquences sur les relations diplomatiques les plus stratégiques en dehors de l’UE.

La première concerne la restitution des biens saisis illégalement avant 1991, et la seconde – la limitation de la participation des capitaux extracommunautaires dans les médias[1].

La loi sur la propriété est en fait un amendement au “Code des procédures administratives” qui, selon le gouvernement polonais, vise à protéger les intérêts des Polonais qui ne sont pas certains du statut juridique de leurs propriétés.

La loi empêchera l’annulation des décisions administratives concernant la propriété des biens notamment après 30 ans, ce qui signifie que les procédures en cours concernant les confiscations de biens datant de l’ère communiste seront abandonnées et rejetées. Elle concerne les propriétés polonaises, juives et autres qui font l’objet de déterminations antérieures contestées. (Times of Israel)

Une loi critquée

La loi a été critiquée par des experts polonais et internationaux. Selon le journal Rzeczpospolita, “la résolution viole toutes les normes : elle a un effet rétroactif, elle interfère avec un droit exclusif du citoyen de pouvoir invalider une décision administrative pour des raisons qui sont bonnes – ici, l’État lui dit qu’il n’aura même pas l’intention de les examiner. Ce qui précède viole non seulement les principes d’une législation correcte, l’État de droit, et aussi tout sens de l’équité”.

Les autorités israéliennes, telles que le ministre des affaires étrangères Yair Lapid, le Premier ministre Naftali Bennett, et même le leader palestinien du mouvement de gauche Hadash, Ayman Odeh, ont tous critiqué la loi, estimant qu’elle nie le droit des Juifs à réclamer les biens de leurs ancêtres saisis pendant l’Holocauste. Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a réagi par un tweet :

Nous sommes troublés par la législation adoptée en Pologne qui restreint sévèrement la restitution aux survivants de l’Holocauste et aux propriétaires de biens confisqués pendant l’ère communiste, et par le projet de loi qui affaiblirait gravement la liberté des médias. Nos valeurs communes sont notre sécurité mutuelle.

Il a également rédigé une déclaration exprimant ses préoccupations concernant cette loi.

Quelles motivations du législateur polonais?

Cette loi est-elle vraiment hostile aux descendants des propriétaires Juifs ? Ce n’était certainement pas son intention initiale. Compte tenu de l’importante modification de ses frontières après 1945, des déplacements de population (des milliers d’Allemands ont été contraints de quitter la Silésie après la Guerre) et des changements de régime, la Pologne comptait de nombreux bâtiments et parcelles de terrain dont le statut de propriété n’était pas clair. Lorsque le président polonais Andrzej Duda signa la loi après le vote du Parlement, il souligna que cette loi “mettait fin à l’état d’incertitude dans lequel des biens immobiliers bona fide, acquis de bonne foi, pouvaient être retirés par une simple décision administrative lorsqu’on retrouvait leur propriétaire d’il y a plus de 70 ans. La pratique a montré que ces propriétaires étaient souvent fictifs et qu’aux dépens de dizaines de milliers de personnes jetées à la rue, des groupes criminels s’enrichissaient”.

En effet, la loi a également été soutenue par la gauche parlementaire polonaise, qui pensait que cela pouvait mettre fin au processus souvent incontrôlé et cruel de privatisation des propriétés communales ou publiques. En tant que tel, le projet ne visait pas les descendants des propriétaires juifs. Et si la loi elle-même n’était pas antisémite, Konstanty Gerbert suggère dans Gazeta Wyborcza que c’est l’antisémitisme qui a empêché une discussion ouverte sur les divers problèmes historiques qui pouvaient en découler. Il est également difficile de ne pas y voir une réponse à la loi américaine Justice for Uncompensated Survivors Today (JUST) Act of 2017 (S 477), qui exigeait que le département d’État américain fasse rapport au Congrès sur les progrès des pays, dont la Pologne, concernant la restitution des biens juifs saisis pendant la Seconde Guerre mondiale et ses suites. La loi 477 a provoqué plusieurs protestations organisées par l’extrême droite, tant en Pologne qu’aux États-Unis.

Hélas, le gouvernement polonais présente la question de la restitution des biens des victimes de la Shoah comme étant en concurrence avec la victimisation de la Pologne dans le contexte de la Seconde Guerre mondiale. Pourtant, le problème ne concerne pas les actions allemandes dans la Pologne d’après-guerre, mais le fait que le gouvernement polonais a saisi, notamment en 1946-1948, des bâtiments appartenant aux survivants, qui ne pouvaient alors pas les réclamer.

Selon Haaretz, il est difficile de mesurer l’impact de la loi car “les tribunaux polonais ont rendu la tâche très difficile aux demandeurs” en termes de demandes de documents et d’autres obstacles bureaucratiques, a déclaré Gideon Taylor, président des opérations de l’Organisation mondiale de la restitution juive (WJRO). Et si certaines personnes ont réussi à récupérer des biens privés, “c’est en nombre limité”, a-t-il ajouté. “Je pense que la loi a pour effet de claquer la porte – la petite porte – qui était ouverte”, a-t-il déclaré. “Son impact le plus important a été de déclarer que cette question est terminée pour la Pologne. C’est en fait ce que la loi essaie de dire: l’affaire est close”.

Une crise diplomatique

En ce qui concerne la loi polonaise actuelle, les conséquences du vote sont dramatiques pour les relations diplomatiques entre les deux pays. Israël a décidé de ne pas envoyer son nouvel ambassadeur en Pologne, et les autorités polonaises ont annoncé que l’ambassadeur de Pologne en Israël, M. Magierowski, ne retournerait pas en Israël après ses vacances d’été. En outre, Israël est accusé d'”attiser les sentiments anti-polonais”, notamment par le biais du système éducatif. Le président polonais et d’autres représentants du parti au pouvoir ont exprimé leur consternation face à ces allégations d’antisémitisme.

En effet, le gouvernement israélien actuel est sans ambiguïté dans son interprétation de la loi. Le ministre des affaires étrangères Yair Lapid a écrit le 14 août, le jour où Duda a signé le projet de loi :

“La Pologne a approuvé aujourd’hui – et ce n’est pas la première fois – une loi immorale et antisémite. Ce soir, j’ai donné l’ordre au chargé d’affaires de notre ambassade à Varsovie de retourner immédiatement en Israël pour des consultations, pour une durée indéterminée. Le nouvel ambassadeur d’Israël en Pologne, qui devait partir pour Varsovie, restera en Israël pour le moment”.

[1] Le deuxième vote controversé récent du parlement polonais a été celui établissant des “mesures visant à interdire aux propriétaires non européens de contrôler plus de 49% des entreprises de médias polonaises”, appelées “lex TVN“, du nom des chaînes de télévision américaines critiques et indépendantes TVN et TVN24. Cette mesure a été critiquée comme portant atteinte à la liberté des médias, car elle visait de facto le radiodiffuseur d’opposition. Cette mesure a suscité de vives critiques de la part, entre autres, de la Fédération internationale des journalistes (FIJ) et de la Fédération européenne des journalistes (FEJ), qui ont appelé à s’opposer à ce projet de loi “car il constitue une menace claire pour le pluralisme et la propriété des médias”.

Anna C. Zielinska, executive director of the AEMJP

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s