Newsletter octobre 2011

Newsletter n°2

octobre 2011

unitedkingsom English version: click here

Barbara Kirschenblatt-Gimblett à Paris, mardi 22 novembre

Barbara Kirschenblatt-Gimblett, professeure à l’Université de New-York et responsable des expositions du Musée d’histoire des Juifs de Pologne sera exceptionnellement à Paris le 22 novembre 2011.

Elle interviendra à 19h. au Mémorial de la Shoah dans le cadre de la Rencontre avec Corinne Evens, Jean-Yves Potel et Tomasz Orlowski, ambassadeur de Pologne en France sur le futur Musée de l’Histoire des Juifs de Pologne de Varsovie.

Rencontre autour du Musée d’Histoire des Juifs de Pologne  – réservations sur http://www.memorialdelashoah ou sur place.

Le président du Parlement européen sonne du chofar à l’occasion de Rosh Hashana

Le président du Parlement européen, Jerzy Buzek, a soufflé mercredi le chofar, la corne de bélier traditionnelle, à l’occasion de Rosh Hashana, le Nouvel An juif, lors d’une cérémonie spéciale dans les locaux du Parlement européen à Bruxelles.

Au cours de cette cérémonie, M.Buzek a souhaité aux communautés juives à travers l’Europe “Shana Tova” et “Shalom”. Cet événement était co-organisé par le Centre communautaire juif européen (EJCC), l’Union juive européenne (EJU) et le Centre juif européen des affaires publiques, sous le patronage de la présidence polonaise de l’Union européenne. A cette occasion, le “Musée de l’histoire des Juifs de Pologne”, qui est actuellement en construction sur l’emplacement de l’ancien ghetto juif de Varsovie et verra le jour en 2013, a présenté une exposition informative sur le thème “Mille ans des Juifs en Pologne.

V. Rabinovitch, L. Matusof
A gauche, l’Ukrainien Vadim Rabinovitch; à droite, Levi Matusof, Directeur de l’EJCC

Discours de Corinne Evens au Parlement Européen à l’occasion de cet évènement

« La présence des Juifs en Pologne pendant 1000 ans est un fait majeur de l’histoire européenne et comme le soulignait le Président Sarkozy en 2008 devant la … »

La suite sur youtube (à partir de 1:50)

Autour du Musée Auschwitz-Birkenau

Le gouvernement polonais alloue 10 millions d’euros pour alimenter un fonds international qui financera la préservation de l’ancien camp d’extermination nazi d’Auschwitz-Birkenau

“L’apport de la Pologne constitue 8% de la totalité du fond”, selon un communiqué du musée. Le musée veut collecter au total 120 millions d’euros pour un fonds perpétuel dont les revenus annuels estimés à 4-5 millions d’euros permettraient de financer de manière planifiée et systématique les travaux d’entretien du site, lieu de mémoire et symbole de l’Holocauste, a rappelé son directeur Piotr Cywinski.

L’Allemagne y a déjà alloué 60 millions d’euros, l’Autriche 6 millions d’euros, les Etats-Unis 15 millions de dollars et la Grande Bretagne 2,5 millions de livres britanniques, soit au total plus de 92 millions d’euros. Erigé par l’Allemagne nazie dans le sud de la Pologne occupée pendant la seconde guerre mondiale, l’ancien camp s’étend sur 200 hectares et comprend 155 bâtiments en état et 300 en ruines.

auschwitzActuellement, l’entretien de ce site, visité chaque année par près d’un million de personnes, repose en majeure partie sur l’Etat polonais qui y affecte 4 à 5 millions d’euros par an. Les bâtiments en bois, conçus de manière rudimentaire, tombent rapidement en ruine sur un terrain humide et marécageux. Exposés au musée, les milliers d’objets personnels des déportés demandent également à être restaurés régulièrement.

Israël verse 1 million de dollars pour préserver des preuves du génocide nazi au camp d’Auschwitz

Le directeur du musée d’Auschwitz-Birkenau a affirmé avoir également reçu une promesse de don de la part du gouvernement Israélien qui a accueilli la décision d’établir une fondation pour financer la conservation d’Auschwitz avec une grande satisfaction. Le site d’Auschwitz-Birkenau, où plus d’un million de Juifs ont été tués (…), est devenu un élément symbolique de la Shoah ainsi que du mal absolu”, a déclaré Avner Shalev, directeur du mémorial de Yad Vashem à Jérusalem. Il a affirmé que “la préservation de l’authenticité de ce site était un impératif moral”.

Un orchestre de mandolinistes juifs retourne à ses sources en Pologne

Góra Kalwaria Synagogue
Synagogue de Góra Kalwaria

Gora Kalwaria — Les vieux murs en brique rouge de la synagogue de Gora Kalwaria, plus connu en yiddish sous le nom de « Ger », ancien haut lieu de la culture juive en Pologne, ont vibré à nouveau aux rythmes d’un univers disparu dans l’Holocauste, grâce à un orchestre international revenu à ses sources historiques et familiales. Dans les années 1930, l’orchestre de mandolinistes juifs de Gora Kalwaria, une petite ville à 30 km au sud de Varsovie, s’était forgé une notoriété en Pologne. Avant la Seconde guerre mondiale, 3.000 Juifs vivaient à Gora Kalwaria, soit la moitié des habitants. La petite ville était notamment le siège de la dynastie Alter, l’une des plus importantes dynasties de sages hassidiques.

Jérémie Dres : Parution de sa BD : « Nous n’irons pas voir Auschwitz »

Jérémie Dres, « Nous n’irons pas voir Auschwitz »
Jérémie Dres, «Nous n’irons pas voir Auschwitz»

Début 2011, l’AEMJP organisait à Paris en avant première, une exposition de plusieurs planches de la BD de Jérémie Dress, autour de la sortie de l’ouvrage de Wojciech Wilczyk « there’s no such thing as an innocent eye » qui réunit les photos des synagogues de Pologne (on peut se les procurer à l’AEMJP). Proche de sa grand-mère, Jérémie Dres décide après son décès de se rendre avec son frère dans le pays dont elle était originaire et dont elle parlait souvent dans ses souvenirs d’enfance : La Pologne. Pour un juif, l’histoire de la Pologne se résume souvent à Auschwitz. «Moi, Je voulais retrouver la vie d’avant la Shoah et la vie d’aujourd’hui. » dit Jérémie Dres Editions Cambourakis Commander « Nous n’irons pas voir Auschwitz » : sur Amazon ou à la FNAC

Prix et récompenses

Le Professeur Marcin Wodziński honoré

Marcin Wodziński, professeur à l’ Université de Varsovie and historien en chef pour l’exposition permanente du Musée de l’Histoire des juifs de Pologne, a reçu le Prix Jan Karski & Pola Nireńska 2011.

marcin-wodzinski
Marcin Wodzinski

Le Prix Jan Karski & Pola Nireńska est attribué par l’Institut Scientifique Yivo de New-York. C’est le Professeur Jan Karski qui l’a crée en 1993 pour récompenser les universitaires et les scientifiques qui contribuent au développement des recherches sur le judaisme polonais et tous ceux qui s’engagent activement pour le rapprochement des relations judéo-polonaises.

Légion d’Honneur pour Marian Turski

Par décret du 13 juillet 2011 du Président de la République Nicolas Sarkozy, Marian Turski a été élevé au grade d’Officier dans l’Ordre national de la Légion d’Honneur. Durant la Seconde Guerre mondiale, M. Turski, polonais d’origine juive, a été enfermé dans le ghetto de Lodz, de 1942 jusqu’à sa liquidation en août 1944. Déporté à Auschwitz-Birkenau, il survit à l’évacuation du camp par les nazis en janvier 1945, à l’approche de l’Armée rouge. En janvier 1945, il est encore déporté vers Buchenwald, puis en avril, vers le camp de Theresienstadt.

turski

Personnalité unanimement respectée, Marian Turski, aujourd’hui âgé de 85 ans, est le vice-président de l’Association de l’Institut historique juif et l’instigateur du projet de création du Musée d’histoire des juifs de Pologne.

Henri Minczeles promu officier dans l’Ordre National du Mérite lituanien

henri-minczeles

Diplômé de l’école des hautes études en sciences sociales, Docteur en Histoire, Prix de la mémoire de la Shoah en 1991, Henri Minczeles est notamment l’auteur de Vilna, Wilno, Vilnius / La Jérusalem de Lituanie et d’Une histoire des Juifs de Pologne / Religion, culture, politique.

Il a une participation journalistique à Actualité Juive et aux Cahiers Bernard Lazare.

Obituaires

Disparition d’Ida Fink

La romancière israélienne d’origine polonaise Ida Fink, qui a consacré toute sa carrière littéraire à la Shoah, est décédée à l’âge de 89 ans. Née en 1921 en Pologne, elle avait échappé à la déportation après s’être enfuie du ghetto de son village natal de Zbaraż et en se cachant pendant toute la période de l’occupation nazie. Installée en Israël depuis 1957, elle a d’abord travaillé à Yad Vachem.

ida-fink
Ida Fink

Depuis la fin des années 1940, elle a publié une dizaine de livres, tous écrits en polonais, qui évoquent le génocide des juifs d’Europe et ses traumatismes. Ses livres, traduits dans plus de dix langues, lui ont valu la notoriété en dehors des frontières d’Israël. Elle a obtenu des prix dans le monde entier et, en 2008, le Prix d’Israël, la plus haute récompense israélienne.

 

Agenda

Dimanche 6 novembre 2011 à 15h30

belzecBelzec –  autour de l’ouvrage Death camp in Belzec de Robert Kuwalek (Majdanek State Museum, 2010)

En présence de Sarine Klapholz, témoin, et de Robert Kuwalek, historien et commissaire de l’exposition permanente du Musée-Mémorial du camp de Belzec.

Animée par Willy Coutin, professeur d’histoire.

Dimanche 20 novembre 2011 à 14h30

La chasse aux Juifs dans le Gouvernement General (1942-1945)

  • autour de l’ouvrage « Il y a un si beau soleil aujourd’hui… ». Le sort des Juifs en quête d’aide dans les campagnes polonaises 1942-1945 de Barbara Engelking (Varsovie, 2011)
  • autour de l’ouvrage Chasse aux Juifs 1942-1945, Histoire d’une petite région de Jan Grabowski (Varsovie, 2011)

En présence de : Barbara Engelking, directrice du centre de recherche sur l’Extermination des Juifs de l’Institut de philosophie et de sociologie de l’académie des Sciences de Pologne et de Jan Grabowski, professeur d’histoire à l’université d’Ottawa au Canada.
Animée par Jean-Charles Szurek, directeur de recherche au CNRS.

suivi de

Journal d’un médecin polonais

Autour de l’ouvrage Une telle monstruosité… – Journal d’un médecin polonais 1939-1945 de Zygmunt Klukowski (éd. Calmann-Lévy / Mémorial de la Shoah, 2011)

En présence de : Jean-Yves Potel, écrivain et correspondant du Mémorial de la Shoah pour la Pologne et Yves Ternon, historien.

Animée par Georges Bensoussan, responsable éditorial du Mémorial de la Shoah.

Mardi 22 novembre 2011 à 19h

Le musée d’histoire des Juifs de Pologne

Dans le quartier de Muranow, où s’étendait entre 1940 et 1943 le ghetto juif de Varsovie, un nouveau musée est en construction. À travers huit espaces thématiques, il propose de parcourir un millénaire de l’histoire des Juifs de Pologne. Le musée va ouvrir ses portes en 2013.

En présence de : Barbara Kischenblatt-Gimblett, responsable des expositions du musée, Corinne Evens, présidente de l’association européenne du musée d’histoire des Juifs de Pologne, Jean-Yves Potel, écrivain et correspondant du Mémorial de la Shoah pour la Pologne Tomasz Orłowski, ambassadeur de Pologne en France.
Animée par Annette Becker, professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris X-Ouest Nanterre, membre de l’Institut universitaire de France.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s