Newsletter juillet 2011

Newsletter n°1

juillet 2011

unitedkingsom English version: click here

Le Président Obama rend hommage aux insurgés du Ghetto de Varsovie

Lors de sa visite officielle à Varsovie le 27 mai 2011, le Président Barak Obama s’est rendu sur le site du futur Musée des Juifs de Pologne. Au Grand Rabbin de Pologne, Michael Schudrich qui l’accueillait, il a promis de revenir accompagné de ses deux filles pour son inauguration, en principe en avril 2013, à l’occasion du 70ème anniversaire du soulèvement du Ghetto de Varsovie.

schudrich-obama
Le Rabbin de Varsovie Michael Schudrich et le Président Barack Obama devant le Musée Polin en construction

Visite de parlementaires sur le site du musée d’histoire des Juifs de Pologne

L’Association européenne du Musée a participé une visite des parlementaires nationaux et européens, membres du bureau de L’EFI (European Friends of Israël ) qui s’est tenue le 13 juin 2011 à Varsovie dans la perspective de la nouvelle présidence européenne de la Pologne. Dans leur programme était prévue une visite du site du musée, actuellement en construction. Les 20 parlementaires présents ont pu pénétrer dans l’enceinte du bâtiment et apprécier son architecture intérieure futuriste donnant accès aux 8 galeries qui présenteront les 1000 ans d’Histoire des Juifs de Pologne.

Les parlementaires parmi eux le parlementaire français Hervé Mariton, ont ensuite été reçus à déjeuner dans la résidence de l’Ambassadeur de France à Varsovie, M. François Barry Delongchamps qui soutient activement le projet du futur Musée et la mission de notre association.

Mme Ivanova Plugtschieva Alexandrova (Bulgarie ) et Mme Vivianne Teiltenbaum(Belgique), Mr Georges Severin (Roumanie) avec l’Ambassadeur de France, Monsieur François Barry Delongchamps
Mme Ivanova Plugtschieva Alexandrova (Bulgarie) et Mme Vivianne Teiltenbaum (Belgique), M. Georges Severin (Roumanie) avec l’Ambassadeur de France, Monsieur François Barry Delongchamps

Le 21ème Festival de la Culture Juive de Cracovie

Ce Festival, l’un des plus importants au monde s’est tenu du 24 juin au 3 juillet 2011

Composée de participants venus de France, de Belgique et d’Israël, une délégation de l’Association européenne du Musée d’Histoire des Juifs de Pologne a participé au Festival du 29 juin au 3 juillet avec un programme attractif : visites du vieux quartier juif, du musée Schindler inauguré en Mai 2010, de plusieurs expositions dont celle remarquable de l’artiste américano-polonais, Artur Szyk (1894-1951) ainsi qu’à de nombreux autres événements du festival comme les ateliers de cuisine, de danse, de Yiddish qui leur étaient proposés.

Crée en 1988 à l’initiative de Janusz Makuch, Directeur de ce festival, il se déroule chaque année à la fin du mois de juin à Kazimierz, le plus grand quartier juif préservé d’Europe Centrale. Durant neuf jours, des artistes venant des Etats-Unis, d’Israël et d’Europe ont offert au public polonais de nombreux concerts de musiques de tous genres, klezmer, traditionnelle, populaire, religieuse ou contemporaine. Le Festival propose également divers ateliers  de chant, de danse hassidique, de langue hébraïque ou yiddish et de calligraphie hébraïque.

delegation-2011
Notre délégation à Cracovie
hitler-hung
Auteur: Artur Szyk

Il y eut deux exposés particulièrement passionnants:

  • celui de Eleonora Bergman, ancien directeur de l’Institut Historique de Varsovie qui a expliqué les actions de recherches généalogiques de l’Institut pour aider les juifs du monde à retrouver leurs racines polonaises. Nous sommes à votre disposition pour vous fournir plus de détails sur les démarches à suivre : http://www.jhi.pl
  • celui de Barbara Kirshenblatt-Gimblett, anthropologue et Directrice des expositions permanentes du futur Musée d’Histoire des juifs de Pologne qui a présenté la Galerie du 18 ème siècle : La partie centrale de cette galerie sera constituée du plafond peint et du toit magnifique de la magnifique synagogue en bois de Gwozdziec reconstruite à 85% de sa taille par une équipe internationale d’étudiants et d’experts

Il y eut également des moments de convivialité comme lors de la réception chez le consul de France à Cracovie ou au cours du grand dîner de shabbat partagé avec nos amis américains et regroupant près de trois cents personnes dans la synagogue Kuppa, une des 8 synagogues de Kazimierz.

Concerts et remise de Prix

Chaque soir, notre groupe a assisté à des concerts : dès le premier soir à la très belle Temple Synagogue avec le Groupe « Di Naye Kapelye »s’inspirant des musiques du shettle dans la région des Carpathes . Soirée exceptionnelle aussi de flamenco avec la séfarade, venue d’Espagne, Leilah Broukhim.

La délégation a enfin assisté de la vue imprenable de l’Hôtel Esther, d’un appartement spécialement réservé pour nous, au grand concert qui avait pour vedettes le célèbre clarinettiste virtuose David Krakauer et le groupe Yemen Blues avec son chanteur israélien Ravid Kahalani, point culminant du Festival. Ce concert a attiré plusieurs milliers de jeunes polonais et touristes sur la Place Szeroka sur laquelle s’ouvrent les fenêtres de l’hôtel.

C’est d’ailleurs durant ce concert que Janusz Makuch a remis le Prix annuel du Festival de la Culture juive à Corinne Evens pour son soutien actif au Festival.

La délégation fête le Prix de Corinne Evens
La délégation fête le Prix de Corinne Evens

Visite d’Alain Finkielkraut du 27 au 29 juin à Varsovie

Le philosophe s’y est rendu pour participer à plusieurs débats dont un séminaire sur: « L’historiographie polonaise récente des relations polono-juives ».

Invité pendant son séjour chez l’Ambassadeur de France à Varsovie, il y a déjeuné avec Corinne Evens.
Invité pendant son séjour chez l’Ambassadeur de France à Varsovie, il y a déjeuné avec Corinne Evens.

Articles dans la presse

Actualité Juive a consacré toute une page au Musée dans son édition du 16 juin en page 22.

«Le Musée d’Histoire des Juifs de Pologne :  Rendre sa place dans l’Histoire de l’Europe à toute une communauté »

Il est fait également mention dans un encadré à l’ouvrage de Woljcieh Wilczyk «  Il n’y a pas de regard innocent », ce que sont devenus les synagogues d’antan un ouvrage de photos des 306 bâtiments, jadis synagogues polonaises, qui ont été détournés depuis , devenant logements, garages, commerces….quand il n’en reste plus que des ruines.

29 d’entre elles ont été exposées à Paris en février dernier à l’initiative de notre association en collaboration avec la Fondation polonaise Atlas Sztuki et la Galerie parisienne Meyers Zafra

L’ouvrage est en vente à L’AEMJP au prix de 25 euros

Les Cahiers Bernard Lazare : Interview de Juillet 2011

« J’espère que ce Musée fera réfléchir la deuxième génération des survivants »

Corinne Evens, vous présidez l’Association Européenne du Musée d’Histoire des Juifs de Pologne. Quelle en est la genèse? Quelles furent vos motivations et quel est votre propre attachement à l’histoire des Juifs de Pologne?

Toute ma famille est originaire de Pologne depuis la nuit des temps. J’ai commandité des recherches généalogiques et nous avons pu remonter jusqu’en 1750. Moi-même, j’ai découvert la Pologne en 1992 au cours d’un voyage avec mon père qui y retournait pour la première fois depuis 1939, lorsqu’il a quitté Varsovie une semaine avant les bombardements.

Mes parents ne m’ont jamais dit du mal de la Pologne, ils en appréciaient la langue et la culture.

L’initiative de ce Musée est venue d’une Association polonaise crée en 1948 par les juifs polonais qui ont survécu à la guerre et les résistants polonais non-juifs. C’est ensuite alors Maire de Varsovie, Lech Kaszinski qui a apporté le terrain et le Président Aleksander Kwasniewski qui a soutenu le projet. Les juifs polonais de la Diaspora ont été touchés par ces gestes et ne sont pas restés indifférents.

En 2007, un an avant la création de l’Association Européenne du Musée d’Histoire des Juifs de Pologne, j’ai été nommée au Conseil du Musée qui avait entendu parler de moi par un de mes partenaires d’affaires américain. A la suite de cette nomination, j’ai décidé de créer cette Association pour lever des fonds et faire connaître le futur Musée. L’Association est européenne parce que je suis de nationalité belge, vivant en France, tout en étant d’origine polonaise.

Pouvez-vous nous indiquer les motivations des nombreux donateurs juifs d’origine polonaise?

Qu’ils soient européens ou américains, ils sont fiers de cette civilisation forgée par leurs parents et qui a rayonné dans les siècles passés. Ils le font à la mémoire de leurs ancêtres disparus dans la tourmente, en considérant que c’est un devoir de transmettre aux générations futures. Le monde doit connaître la richesse de ce que fut ce patrimoine. D’ailleurs, on retrouve nombre de Juifs polonais dans le monde industriel, artistique ou intellectuel. Ils ont contribué à la création de l’Etat d’Israël ainsi qu’au développement de Hollywood ou de la finance. Les donateurs sont souvent âgés et veulent s’assurer que leurs enfants vont connaître toute l’ampleur de cette culture et de cette histoire.

Quel est le niveau des relations que vous entretenez avec les grandes institutions juives à travers le monde? Quelles sont-elles?

J’ai toujours été liée aux institutions juives d’Anvers où je suis née, avec le CCLJ de Bruxelles également et j’ai toujours été très impliquée avec Israël, notamment avec ses universités. Ma famille a toujours été un grand supporter d’Israël.

Mais je suis également en contact avec des organisations internationales comme le CEJ (Centre Européen Juif ) basé à Bruxelles, avec l’EFI (European Friends of Israel) ou le CCJE (Conseil des Communautés Juives Européennes) et bien d’autres encore comme le CRIF en France ou l’AJC (American Jewish Commitee) aux Etats Unis.

A ce jour, qu’en attendez-vous dans la mise en place du Musée d’Histoire des Juifs de Pologne ?

J’en attends d’abord un important soutien financier pour que ce Musée puisse exister. Ensuite une implication active. J’espère que ce Musée fera réfléchir la deuxième génération des survivants. Ces personnes portent les souffrances de leurs parents et de leurs grands-parents en elles. J’espère que ce Musée les délivrera de ces traumatismes et leur évitera de les transmettre à leur tour à leurs enfants.

Je souhaite que ce Musée soit libérateur et ouvre les esprits et la curiosité.

La destruction des Juifs d’Europe concerne l’histoire des pays européens, pas uniquement l’Allemagne ou l’Autriche. A ce titre quelle est l’implication de la France dans la conception muséographique et pédagogique du musée?

En effet l’Allemagne et l’Autriche ont été les principaux initiateurs de cette destruction. De nombreux pays en Europe y ont également contribué en collaborant activement. La France fait partie de ces pays. Pour renforcer la présence française au sein de l’équipe internationale chargée de la conception de l’exposition permanente, Laurence Sigal, directrice du Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme, a été nommée en tant qu’expert français. Elle a donné ses recommandations et nous espérons que le Musée les suivra et que cette collaboration s’intensifiera dans le futur.

La Pologne d’aujourd’hui n’est pas celle d’hier; elle entretient  d’excellentes relations avec l’Etat d’Israël, son gouvernement est critique envers l’antisémitisme, on sent comme un souffle de vie dans  le renouveau de la vie juive en Pologne. Cependant, l’image de la Pologne auprès d’une partie des Juifs de France reste entachée par l’antisémitisme. Comment analysez-vous ce ressentiment?

C.E. Pendant la période communiste, l’appartenance communautaire qu’elle soit religieuse ou ethnique n’était pas autorisée. Après la perestroika, le clergé catholique n’a pas hésité à essayer de reprendre le pouvoir tel qu’il était au siècle dernier et la chute du communisme a aussi entraîné une difficile période économique pour la population. Dans ce contexte, comme par le passé, les Juifs une fois de plus ont été désignés comme les fautifs et sont devenus les boucs émissaires.

En 1968, de nombreux Juifs parmi les survivants qui avaient décidé de rester en Pologne après la guerre, ont encore quitté le pays. Cependant aujourd’hui la situation a bien changé et la Pologne est probablement le pays européen le plus proche d’Israël.

Sous quelle autorité juridique et morale est placé le Musée d’Histoire des Juifs de Pologne?

Le Musée a une entité juridique répondant aux lois polonaises. Actuellement, il est sous la tutelle de la Mairie de Varsovie, du Ministère de la Culture et de l’Association d’histoire des Juifs de Pologne. Ce sont d’ailleurs ces institutions qui ont engagé 80 millions de dollars pour payer les équipes qui travaillent sur ce projet.

Le Musée a un Conseil composé d’une quinzaine de personnes du monde entier: des historiens, des représentants de Yad Vashem, des donateurs, des autorités polonaises. Je suis moi-même représentante des donateurs européens.

Lorsque la construction du Musée sera achevée fin 2012, la tutelle sera probablement réaménagée et un Conseil d’Administration sera mis en place. Nous espérons qu’il sera composé d’experts de la meilleure qualité possible puisque ce Musée s’adressera au monde entier, comme l’a si bien rappelé le Président Obama lui-même le 27 mai dernier à Varsovie. Au cours de sa visite sur le site, il a également annoncé qu’il espérait revenir avec ses deux filles pour l’inauguration du Musée. Propos recueillis par les Cahiers Bernard Lazare

Restitution des biens juifs en Lituanie:

Par une dépêche de l’AFP, nous avons appris qu’à Vilnius, les députés avaient voté la création d’un fonds de 37 millions d’Euros au profit de la communauté juive en compensation des biens juifs saisis par les nazis pendant la seconde guerre mondiale et conservés par le régime Soviétique. Les versements débuteront en 2013 pour s’achever en 2023.

La Pologne prend la présidence du Conseil de l’Union Européenne

Depuis le premier juillet, la Pologne a pris la tête de l’Europe pour 6 mois. Elle succède à la Hongrie et précède le Danemark.

Le Conseil de l’Europe commande un rapport sur l’état des cimetières juifs européens

La Commission de la Culture, de la Science et de l’Education souhaite recueillir des informations sur l’état de préservation des cimetières juifs européens, en particulier ceux qui aujourd’hui sont abandonnés. Quatre à cinq mille cimetières seraient ainsi concernés. Cette initiative a pour objectif de permettre leur remise en état. La Commission a nommé le rabbin Mendel Samama expert en charge de ce dossier.

L’exposition “Polonia”

Dans le cadre de l’exposition “Polonia : des Polonais en France depuis 1830” qui se déroule jusqu’au 28 août 2011 à la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, l’Institut Polonais de Paris a proposé un week-end sur la thématique de l’immigration des Juifs polonais en France : « Pourquoi sont-ils partis ? Quel accueil ont-ils trouvé au sein de la République ? Quelle a été leur place parmi les migrants polonais déjà présents et parmi la communauté juive? »
La journée d’étude a été animée par Jean-Yves Potel, correspondant du Mémorial de la Shoah en Pologne et organisée avec le soutien de la Maison de la culture yiddish.

Pologne: cérémonie officielle en hommage aux juifs polonais massacrés par leurs compatriotes pendant la Shoah (Guysen.International.News)

Dimanche 10 juillet : Des responsables et dignitaires religieux polonais et étrangers se sont réunis à Jedwabne, dans le nord du pays, pour une cérémonie marquant les 70 ans du massacre par les Polonais de leurs compatriotes de confession juive pendant la Seconde Guerre mondiale. C’est la première fois qu’un haut responsable de l’Eglise catholique polonaise, assiste à ce type de cérémonie commémorative de la Shoah. Parmi les participants : des dignitaires religieux juifs, les ambassadeurs d’Israël, d’Allemagne et des Etats-Unis et un émissaire du président polonais Bronislaw Komorowski.

Agenda

Retenez cette date : 22 novembre 2011 à 19h

Une conférence organisée par le Memorial de la Shoah sur le Musée des Juifs de Pologne se tiendra le 22 novembre prochain à 19h dans l’Auditorium avec Barbara Kirshenblatt-Gimblatt, responsable des expositions du futur Musée et Jean-Yves Potel, correspondant du Musée de la Shoah en Pologne. A leurs côtés Corinne Evens et l’Ambassadeur de Pologne en France, M. Tomasz Orlowski. La Conférence sera animée par Annette Becker Professeur d’Histoire contemporaine à Paris X.

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s